Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Ain : le département veut abandonner à eux-mêmes les mineurs étrangers isolés

Depuis 2013, dans le cadre de leur mission de protection de l’enfance, les départements ont la responsabilité de l’accueil, l’évaluation, l’hébergement et la prise en charge des mineurs étrangers isolés. Mais, le 30 novembre dernier, le président Les Républicains du conseil départemental, Jean Deguerry, annonçait que l’hébergement des jeunes migrants n’était plus possible dans son département faute de « capacités d’accueil et d’encadrement » suffisants. Et donc de ne plus les accueillir dans les prochains mois. Le tribunal administratif de Lyon, saisi en référé par cinq associations d’aide aux migrants dont la Ligue des droits de l’homme, a suspendu la décision. « Cet accueil est une mission de service public obligatoire », a commenté Lionel Crusoé, l’un des avocats des associations, dénonçant une mesure « illégale ». D’autres départements tenus par la droite – notamment le Vaucluse et le Territoire de Belfort – ont adopté une attitude identique. Avec la même explication qui fleure bon son racisme et sa « préférence nationale » : les mineurs étrangers isolés coûtent trop cher à la collectivité. Ils n’ont qu’à crever dans la rue.