Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Andorre : une féministe poursuivie pour avoir défendu le droit à l’avortement

Vanessa Mendoza Cortés, une psychologie andorrane de 43 ans, a comparu devant le tribunal de la principauté pyrénéenne pour « délit contre le prestige des institutions ». On reproche à cette militante féministe de l’association « Stop Violéncies Andorra » d’avoir dénoncé publiquement à l’ONU le fait que le droit à l’avortement est toujours strictement interdit dans ce mini-État de 80 000 habitants, à cheval entre la France et l’Espagne, même en cas d’inceste, de viol ou lorsque la grossesse met en danger la vie de la mère. Vanessa et les autres féministes locales ont vainement interpellé sur le sujet le président de la République française – officiellement un des deux co-princes d’Andorre avec l’évêque espagnol d’Urgell – mais sans succès. Même fin de non-recevoir de la part du Quai d’Orsay. Macron est donc pour le droit à l’avortement de ce côté-ci des Pyrénées mais, de l’autre côté, il laisse les Andorranes se débrouiller dans l’illégalité.