Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Argentine : Milei fait payer les classes populaires et se sert au passage

Le président de l’Argentine, Javier Milei, après avoir supprimé les aides alimentaires distribuées à des millions de personnes par le biais d’associations populaires, vient de s’augmenter lui-même de 50 %. Cette rallonge a suscité un tel scandale que Milei s’est senti obligé de prétendre que cette décision avait été prise par son ministre du Travail. Et il a viré celui-ci… à la télévision, en direct. En réalité, Milei avait signé le décret qui lui accordait cette augmentation en même temps qu’à un certain nombre de politiciens et hauts fonctionnaires.

Depuis que ce démagogue d’extrême droite est parvenu à la présidence en novembre 2023, le pourcentage d’Argentins qui vivent en dessous du seuil de pauvreté est passé de 44,7 % à 57,4 %. Il se vante d’avoir augmenté le salaire minimum de 30 %, mais c’est très loin de compenser l’inflation qui a été de 211 % en un an, de sorte que les revenus réels des travailleurs ont chuté. Selon les déclarations de Milei au forum de Davos, « le capitalisme et la libre entreprise sont les seuls outils capables de mettre fin à la pauvreté ». En fait, Milei a déclenché une véritable guerre sociale contre les classes populaires pour permettre aux capitalistes de s’enrichir sans retenue. Et il ne s’oublie pas au passage. Mais les travailleurs argentins ont montré plus d’une fois leur combativité et ils pourraient lui réserver des surprises.