Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Au théâtre : les raisins de la colère, d’après le roman de Steinbeck

D’après le roman de John Steinbeck – Au théâtre Michel (38, rue des Mathurins – 75008 Paris)

Une première théâtrale absolument incontournable

Tom Joad et sa famille sur scène, vivants, interagissant et pourtant incarnés par un seul acteur : telle est la prouesse de Xavier Simonin qui interprète pour la première fois au théâtre le chef-d’œuvre de Steinbeck. L’acteur-metteur en scène peut compter sur un trio de musiciens multi-instrumentistes qui y développent un formidable répertoire de « folk blanc », pour rythmer l’exode dramatique de ces « Okies », comme sont stigmatisés les « ploucs » de l’Oklahoma, vers la Californie. Un style musical dont le représentant le mieux connu, Bruce Springsteen, a d’ailleurs laissé sur ce livre une chanson mémorable, The ghost of Tom Joad.

Quelques instruments, quelques décors, beaucoup d’énergie et de talent permettent de reconstituer quelque chose de plus que les deux bons films qui adaptèrent le roman : une atmosphère de l’Amérique pauvre prise dans la bourrasque de la grande dépression. Dans cet univers grouillant de fureurs et d’espoirs déçus, des singularités touchantes émergent de la masse. La grand-mère, Sam, le prêtre ne peuvent que bouleverser le spectateur. Mais la pièce excelle surtout à figurer la puissance collective des masses nombreuses, grouillantes, en colère, convergeant vers un même point, animées d’une même aspiration ; des travailleuses et des travailleurs mis en concurrence mais dont la solidarité active est plus que tout redoutée par les possédants.

Les droits d’auteur ont d’abord été concédés pour que la pièce soit jouée en province, les bénéficiaires craignant qu’un échec à Paris condamne l’entreprise d’adaptation théâtrale1. Qu’elle se tienne enfin dans la capitale montre que le défi a été emporté par Xavier et ses amis !

Louis Dracon

 

 


 

 

1 Les descendants de Steinbeck refusaient jusqu’il y a peu son adaptation au théâtre. Ils ne l’ont autorisée en France qu’à la condition qu’elle ne soit pas jouée à Paris. Le succès de la pièce en province a changé la donne !