Canada : Ottawa met en garde ses ressortissants LGBT+ se rendant… aux États-Unis

Régulièrement, le ministère canadien des Affaires étrangères attire l’attention des membres de la communauté LGBT+ (qui représente un million de personnes sur une population de 40 millions) contre les risques qu’ils peuvent encourir en se rendant dans des pays reconnus pour des violations de leurs droits, comme la Russie, l’Égypte, l’Ouganda, voire l’Iran ou l’Afghanistan, ou leur instabilité politique. Mais c’est la première fois que le gouvernement ajoute à cette liste les États-Unis, mettant en garde ses citoyens gays sur les risques qu’ils pourraient rencontrer dans certains États. Ottawa leur recommande notamment de « vérifier les lois locales » en faisant référence à « des lois et des politiques qui pourraient affecter » les membres de cette communauté dans certains États américains. Cet avis est rendu public au moment où la rhétorique anti-LGBT+ s’intensifie aux États-Unis avec une avalanche de lois contre les personnes transgenres portées par des élus conservateurs et des boycotts ciblés de marques, comme celui des supermarchés Target, qui ont soutenu les causes LGBT+. En juin, la Cour suprême a autorisé pour la première fois certains commerces à écarter les clients LGBT+ pour des motifs religieux. Un grand bond en arrière.

Partager cet article