Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Colère dans la filière Staps : une rentrée « sportive » à Rouen

Plus de 1800 étudiantes et étudiants en Staps (sciences et techniques des activités physiques et sportives) à Rouen ne peuvent pas faire leur rentrée, et pour cause ! Pas de cours, pas de plannings, pas de TD… En effet, les 57 enseignants et enseignantes Prag (profs agrégés nommés dans le supérieur) se sont mis en grève reconductible pour exiger une revalorisation de leur rémunération. Après presque dix ans de dégradation progressive des conditions de travail et d’études, la goutte de trop pour ces enseignants non chercheurs c’est qu’ils n’ont pas obtenu les mêmes primes que leurs collègues maîtres de conférences alors qu’ils et elles font largement le même travail.

Craignant des troubles lors de la rentrée (quelle perspicacité), la ministre a proposé que ce soient les budgets propres des facultés qui prennent en charge le paiement de ces primes. Les enseignants et enseignantes ont sans hésitation rejeté cette proposition, qui aurait certes permis une amélioration de leur revenu, mais qui est de fait une impasse puisque les budgets universitaires sont déjà exsangues…

Devant cette grève, la réaction des étudiants et étudiantes a été massive. Réunis en assemblée générale avec les enseignants, ils et elles ont décidé à l’unanimité de manifester leur mécontentement face au mépris des pouvoirs publics. Ce lundi matin, une manifestation sur le campus de Mont-Saint-Aignan a rassemblé plusieurs centaines de personnes. Au-delà du salaire des enseignants et enseignantes, les étudiants et étudiantes ont aussi des revendications à porter, au vu des conditions qu’ils et elles subissent : bâtiments mal entretenus, manque de professeurs pour les accompagner, et évidemment la précarité étudiante toujours croissante. Ce mouvement de grève s’ancre dans un cadre national : tous les Staps sont concernés par la question des primes, et six départements dans diverses facs ont déjà connu récemment des vagues de démissions en protestation.

D’ailleurs ces problèmes, loin de concerner uniquement les Staps, sont communs à l’ensemble de l’enseignement supérieur. La manifestation de lundi a d’ores et déjà mobilisé au-delà des Staps avec des étudiants, étudiantes, enseignants et enseignantes de plusieurs autres UFR (unités de formation et de recherche) qui l’ont rejointe.

La rentrée à la fac de Mont-Saint-Aignan à Rouen s’ouvre dans un climat de lutte qui ne peut que motiver en ce début d’année. Soutien aux grévistes !

Comité Jeunes NPA Rouen-agglo