Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Communiqué. Dénoncer les massacres en Palestine n’est pas de l’antisémitisme !

Le Nouveau Parti anticapitaliste dénonce les calomnies déversées par la ministre de l’Enseignement supérieur, Sylvie Retailleau, ce mardi 21 novembre à l’université de Nanterre, et reprises par certains journaux.

Sans s’appuyer sur le moindre fait réel et concret, elle y a parlé, selon des propos notamment rapportés par Le Parisien et Le Figaro étudiant, de faits d’antisémitisme qui seraient liés « à une minorité de personnes d’extrême gauche ».

Les deux journaux parlent de « signalements » effectués auprès de l’université concernant un tract et une vidéo du NPA, là encore sans rien dire de ce qui pourrait, dans ce tract et dans cette vidéo, faire l’objet d’un signalement.

Un journaliste de l’hebdomadaire Le Point prétend de son côté qu’un groupe « composé du NPA et de la branche locale de l’Unef » serait « dans le viseur des autorités ». Il qualifie de « vocabulaire outrancier » les mots « massacre », « nettoyage ethnique » et « génocide » lus dans un tract du NPA.

Comble de la malhonnêteté, Le Figaro étudiant ose citer pêle-mêle un tag portant le message « Israël tue » et… des tags de croix gammées ou portant l’inscription « Mort aux juifs ». C’est un amalgame scandaleux entre une dénonciation légitime et des symboles et propos immondes !

Alors que des dizaines de milliers de personnes, dont nombre d’étudiants et étudiantes, ont manifesté ces dernières semaines en soutien au peuple palestinien et contre le massacre à Gaza, le gouvernement français, empêtré dans son soutien inconditionnel au gouvernement d’extrême droite israélien et à ses crimes, cherche à discréditer ce mouvement de solidarité. C’est pour cette même raison qu’à Grenoble, la MJC des Eaux Claires a annulé la réservation d’une salle par le NPA pour une conférence sur les crimes de l’État d’Israël et la complicité des impérialistes. Prétexte qu’a utilisé la préfecture pour interdire ladite réunion du NPA ! Cet arbitraire préfectoral ne restera pas incontesté : comme à Paris, où nous avons déjà obtenu en justice la levée de l’interdiction de manifestations en soutien au peuple palestinien.

Contrairement à Emmanuel Macron, le NPA n’a jamais rendu hommage à Pétain ou cité Charles Maurras ; contrairement à Gérald Darmanin, il n’a jamais parlé de « difficultés touchant à la présence de dizaine de milliers de Juifs en France » au XIXe siècle ; contrairement au gouvernement et à son groupe parlementaire, il n’a pas défilé le 12 novembre avec le Rassemblement national et Reconquête…

Contrairement à l’Union des étudiants juifs de France (UEJF), dont la vice-présidente et le président sont cités par Le Figaro étudiant et Le Point, le NPA ne confond en aucun cas les personnes juives et la politique de l’État israélien. Il n’a jamais montré la moindre complaisance vis-à-vis des discours qui entretiendraient cet amalgame.

À défaut de donner la parole à ses membres (bien plus nombreux et nombreuses que le prétend le président Gervais-Lambony dans Le Point !), la moindre des rigueurs journalistiques aurait été de consulter ses publications. Avant comme depuis le 7 octobre, le Nouveau Parti anticapitaliste, parti communiste révolutionnaire internationaliste, a toujours été sans ambiguïté dans sa dénonciation de l’antisémitisme comme de toutes les formes de racisme. Bien loin des perspectives obscurantistes et réactionnaires du Hamas, il a toujours appelé à l’union des travailleurs et travailleuses de tous les pays, quelles que soient leur origine, leur langue ou leur croyance religieuse, pour lutter contre toutes les formes d’exploitation et d’oppression.

Le NPA défend le droit à l’autodétermination du peuple palestinien et sa lutte contre le colonialisme israélien, tout en affirmant que c’est bien l’union des classes ouvrières palestinienne, israélienne et de tous les pays du Proche-Orient, qui pourra définitivement mettre fin à l’oppression des peuples.

Partout où il est présent, notamment à l’université de Nanterre, le NPA continuera donc à organiser et à faire vivre la mobilisation internationaliste, contre le massacre à Gaza et les complicités des grandes puissances impérialistes.

Communiqué du NPA du 23 novembre 2023