Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Communiqué du NPA. Face aux vents mauvais sécuritaires : « De l’air, de l’air, ouvrez les frontières ! »

Depuis le 12 septembre et en moins de 36 heures, plusieurs vagues de réfugiés sont arrivées sur l’île italienne de Lampedusa, porte d’entrée méditerranéenne de l’Union européenne. Hommes, femmes et enfants, ils sont plus de 7000 à avoir débarqué sur une île minuscule disposant d’un camp d’accueil déjà saturé d’une capacité de 400 places. De façon simultanée et sans concertation, les principaux gouvernements de l’Union européenne ont décidé de fermer les frontières aux réfugiés. L’Italie a déclaré l’état d’urgence sur l’île et la fin de l’accès aux demandeurs d’asile, suivie de l’Allemagne face à la « pression migratoire incontrôlée », et de la France qui vient d’annoncer le renforcement de la répression et du contrôle sur toute la frontière franco-italienne. Et, hasard sinistre du calendrier sécuritaire, la France ne délivre plus de visas aux ressortissants du Burkina Faso, Mali et Niger, à savoir les pays qui ont demandé le départ des troupes d’occupation françaises. Une mesure injuste et absurde de punition collective, qui sanctionne y compris les voyages programmés d’artistes.

Ces mesures autoritaires, racistes et démagogiques ne régleront rien. Elles ne feront qu’aggraver la barbarie et la souffrance, en augmentant les milliers de victimes aux frontières de l’Europe forteresse (selon les militants et les ONG aidant les réfugiés, depuis le début de l’année plus de 2000 personnes ont péri en mer, tandis que plus de 106 000 réfugiés ont atteint l’Italie, un nombre inégalé depuis 2016). Par ailleurs, ces mesures ne feront que renforcer l’extrême droite et tous les réactionnaires qui font de la phobie anti-immigrés leur démagogie abjecte.

Le NPA dénonce ces mesures inhumaines, vaines et meurtrières de fermeture des frontières. La majorité de ces réfugiés vient d’Afrique, fuyant des catastrophes naturelles, comme les inondations en Libye dont le bilan pourrait atteindre les 20 000 victimes, mais surtout et d’abord les pillages des multinationales d’Europe, des États-Unis, de Chine et les exactions de Wagner au service de la Russie. Ce sont d’ailleurs ces États qui aujourd’hui attisent l’affrontement entre bandes armées rivales en Libye. La France a une responsabilité particulière et écrasante, avec sa politique impérialiste en Afrique, contre laquelle éclatent aujourd’hui des révoltes dans nombre de pays de la région.

Dans un monde où les marchandises circulent, où les profits valent plus que nos vies, le NPA appelle sans réserve à l’ouverture des frontières et à l’accueil des réfugiés. On ne pourrait accueillir toute la misère du monde, disent certains ? Rappelons qu’il s’agit d’à peine 0,5 % de la population européenne. Mais il n’est pas possible non plus que les dirigeants des grands États impérialistes d’Europe, dont la France, continuent à créer toute la misère du monde. Les profits insolents du capitalisme européen peuvent largement subvenir non seulement aux besoins de ces hommes et femmes qui sont nos frères et sœurs, mais aussi mettre fin à la misère grandissante ici comme partout.

Communiqué de presse du NPA du 15 septembre 2023