Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Contre Zemmour et sa clique : riposte antifasciste le 24 juin en Sologne

Depuis plusieurs années déjà, la fête de la Violette, événement national de la droite française, est organisée en Sologne dans le Loir-et-Cher. Cette année, cette fête autrefois portée par les Républicains et Guillaume Peltier, passe (comme lui) aux couleurs de Reconquête, le mouvement d’Éric Zemmour.

Fête de la violette : un joli nom pour ne pas dire fête des réactionnaires…

Si cette fête avait déjà autrefois accueilli plusieurs dirigeants de la droite dure comme Nicolas Sarkozy, son organisation cette année ne relève plus des Républicains. En effet, le mouvement Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT), nouvellement renommé le Mouvement pour la ruralité (LMR), a décidé de passer un cap en organisant cette fête main dans la main avec Reconquête et en invitant les trois principaux dirigeant.e.s de ce mouvement, à savoir, Éric Zemmour, Marion Maréchal et Nicolas Bay.

Ce glissement de la droite dure à la droite extrême n’est pas sans rappeler le parcours de ce ténor de l’extrême droite solognote, ancien des Républicains et du FN qu’est Guillaume Peltier. Réactionnaire (et carriériste) invétéré, Peltier et sa clique tentent de faire de la Sologne le fief de Zemmour et des réactionnaires depuis déjà quelques années. Les nombreux meetings et rencontres organisés au profit de Reconquête en Sologne en témoignent.

Pas de fachos dans nos campagnes, pas de campagnes pour les fachos !

Si Peltier est, comme nous l’avons dit, l’un des « prodiges » de l’extrême droite locale, ses copains comme Alexandre Avril ne sont pas en reste. Avril, maire de Salbris, s’est notamment illustré par sa politique d’extrême droite et des invitations régulières du « chœur de l’Oriflamme » (chorale d’extrême droite, voire néo-nazie) dans sa commune.

La stratégie en Sologne de l’extrême droite néo-fasciste, réactionnaire et sexiste façon Reconquête, est donc plus que claire : elle tente de s’implanter coûte que coûte dans un territoire enclavé et victime de la fermeture de grandes entreprises comme Matra. L’organisation, cette année, de la fête de la violette le 24 juin en Sologne aux couleurs de Reconquête en est un parfait exemple et doit autant nous alerter que nous mobiliser.

Le fascisme et l’extrême droite se combattent partout et tout le temps, y compris dans nos campagnes. Le combat contre leurs idées nauséabondes doit se faire conjointement sur les lieux de travail et de vie, mais aussi dans la rue et dans l’unité de toutes les organisations de notre classe qui défendent des valeurs de progrès social.

C’est dans ce cadre que des collectifs, des associations, des organisations politiques et des syndicats appellent à un rassemblement le 24 juin, dès le matin et toute la journée, à Pierrefitte-sur-Sauldre, localité où se déroulera ce « grand banquet populaire et champêtre » d’extrême droite.

Correspondant.e.s 41/45