Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

De l’amiante dans les établissements scolaires

Le magazine sur l’environnement de France 5, Vert de rage, a consacré un de ses sujets à l’école malade de l’amiante. Ce reportage a mis en lumière les dysfonctionnements dont sont responsables l’Éducation nationale et de nombreuses collectivités territoriales, près de 30 ans après interdiction de l’amiante, un matériau hautement cancérigène utilisé dans la construction des bâtiments. Plus de 85 % des écoles et établissements scolaires ont été bâtis avant le 1er juillet 1997, date de l’interdiction de l’amiante en France, et sont donc fortement susceptibles de contenir de ce poison. Or, sur le plan national, on estime à 30 % le nombre d’écoles qui n’ont pas de dossier technique amiante (DTA) et à 40 % celles dont le DTA n’est pas à jour. Pour les établissements dont le DTA a été réalisé, on constate que 80 % des lycées professionnels, 77 % des lycées généraux, 73 % des collèges et 38 % des écoles contiennent des matériaux amiantés. Selon le Haut Conseil de la santé publique, qui se base sur plusieurs rapports de l’Institut national de veille sanitaire, 100 000 personnes pourraient décéder de l’amiante d’ici à 2025. Parmi elles, combien de morts dans l’éducation nationale, l’enseignement supérieur et la recherche ? Combien de victimes parmi les élèves et les étudiants qui fréquentent ces locaux ? Depuis l’automne dernier, le syndicat Sud-Éducation a lancé une vaste campagne de lutte contre l’amiante dans les locaux de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur, notamment en sensibilisant les enseignants et le personnel et en interpellant l’administration à tous les niveaux. Et surtout en demandant la mise en place rapide d’un plan national de désamiantage total des établissements scolaires.