Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Mayotte : quand Darmanin-Macron veulent dépasser Bardella-Le Pen

En visite à Mayotte ce week-end, Darmanin y a annoncé la suppression du droit du sol : « Il ne sera plus possible de devenir Français si on n’est pas soi-même enfant de parents français. » Applaudissements chaleureux du RN qui en rajoute aussitôt : il faudrait étendre la mesure à toute la France. À la course poursuite sur le terrain du racisme, Marine Le Pen aura toujours une longueur d’avance.

Mayotte, cette ancienne colonie que la France a réussi à garder (défiant même les lois dites internationales et les résolutions de l’ONU) au moment de l’indépendance des Comores, dont elle est l’une des iles, est aujourd’hui le département le plus pauvre de France. De nombreux habitants vivent dans des bidonvilles, l’accès à l’eau potable n’y est même pas assuré, mais les politiciens locaux et le gouvernement français font des migrants venus des autres îles des Comores les boucs-émissaires de la situation. La France a fait de Mayotte son 101e département pour préserver ses intérêts dans la région et n’a que faire de la situation des Mahorais. Un département un peu spécial, colonial, pour qui on va changer un peu la Constitution, histoire d’y rendre constitutionnelle la chasse aux migrants.

Cette politique de division a semé la haine à Mayotte, avec l’émergence de collectifs anti-migrants. Un aperçu de ce qu’ils tentent de faire aussi dans l’Hexagone, avec leur loi Immigration. La xénophobie est un poison pour la classe ouvrière, ne nous laissons pas diviser. Ouvrons les frontières, libre circulation pour tous.