Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

En Irlande, une Constitution toujours rétrograde

Ce 8 mars, la population irlandaise a majoritairement rejeté par référendum un dépoussiérage de la Constitution au sujet de la famille et de la place des femmes. Pendant longtemps, le pays a été sous la coupe de l’Église catholique, imposant ses conceptions particulièrement rétrogrades. Ces dernières années, la situation a pourtant changé, avec la légalisation (déjà par référendum) du mariage entre personnes de même sexe en 2015 et de l’IVG en 2018. Cette fois, il s’agissait d’élargir la notion de famille aux « relations durables » hors mariage et d’éliminer la mention que le devoir des femmes est de prendre soin de leur foyer (pour la remplacer par une assistance mutuelle de tous les membres). Le « non » l’a emporté alors que les sondages indiquent qu’une majorité de la population serait favorable à se débarrasser des vieilleries de la Constitution. Il semble que les amendements proposés par le gouvernement aient été trop confus et ne faisant les choses qu’à moitié. Les militantes féministes reprochent par exemple au texte de déresponsabiliser l’État en laissant le poids du « care » à la famille… et donc de fait toujours aux femmes. Avec 44 % de participation, seuls les plus réacs se sont donc déplacés.

Comme pour l’IVG en France, ce changement constitutionnel était surtout symbolique et déjà en retard sur la réalité sociale. Le changement réel de la place des femmes viendra surtout de leurs luttes.