Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

En Pologne, les LGBT+ victimes d’un acharnement judiciaire

Amnesty International a dénoncé le « harcèlement » dont sont l’objet dans tout le pays les défenseurs des droits des LGBT+. Ils sont souvent poursuivis pour « offense au sentiment religieux ». De plus, les personnes LGBT+ ne sont pas protégées par la loi et ne bénéficient d’aucune protection juridique contre les discours de haine. Bien mieux, encouragées par le Parti droit et justice (PiS) au pouvoir, qui professe un catholicisme militant, une centaine de municipalités polonaises ont signé des résolutions « anti-idéologie LGBT+ » ou encore des chartes « des droits des familles » qui autorisent, par exemple, les magasins à refuser l’entrée à toute personne « exhibant » son homosexualité, ou qui permettent de couper les subventions aux associations pro-LGBT+. Ce qui n’a pas découragé des dizaines de milliers de personnes de défiler à Varsovie pour demander des droits égaux pour les personnes LGBT+.