Enseignement privé : principalement pour les riches mais largement payé…. par le contribuable

Dans le dernier numéro du Journal du dimanche, repris en main par l’extrême droite, l’ancien ministre de l’Éducation nationale, Luc Ferry, se livre à une farouche défense de l’enseignement privé en déclarant : « La vérité, c’est que l’enseignement privé, à l’exception de quelques rares écoles élitistes, pratique déjà largement la mixité, tant sur le plan religieux que financier. » Parler de « vérité » à ce propos est un peu osé. En juin dernier, dans un rapport rendu public, la Cour des Comptes notait « un net recul de la mixité sociale depuis une vingtaine d’années » dans l’enseignement privé sous contrat. Et de poursuivre : « les élèves des familles favorisées, qui constituaient 41,5 % des effectifs du privé sous contrat en 2000 en représentent 55,5 % en 2021. » Dans le même temps le nombre d’élèves de milieux défavorisés accueillis tombait de 25 à 16 %. Cet enseignement privé est financé par l’État, c’est à dire par le contribuable, à hauteur de 55 % dans le premier degré et de 68 % dans le second. Merci pour eux.

Partager cet article