Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Communiqué du NPA Grenoble-Isère. Face à la censure, on ne se laissera pas faire !

Le 22 novembre, la préfecture de l’Isère a interdit la réunion publique du NPA Grenoble-Isère, dont le titre était « Israël assassin, impérialistes complices » slogan qui résonne dans toutes les manifestations contre cette sale guerre menée en Palestine par l’armée israélienne. La préfecture a pris cette décision sous pression du Crif Grenoble-Dauphiné qui avait publié un communiqué de presse le lundi 20 novembre proférant des accusations odieuses. Ce communiqué explique que notre réunion « incite manifestement, par l’emploi du mot “assassin”, à la haine d’Israël ». Non, dénoncer les massacres en Palestine n’est pas de l’antisémitisme ! De Tel-Aviv à Washington des voix se sont aussi élevées au sein de la communauté juive lors de rassemblements pour dénoncer les crimes commis en leur nom par l’État d’Israël. Face à ces attaques et ces calomnies, nous avons fait le choix d’attaquer en référé-liberté cet arrêté d’interdiction de la préfecture. Mais la préfecture l’ayant publié au dernier moment, le tribunal administratif de Grenoble n’a pas pu statuer sur notre requête et a interdit de fait notre réunion publique.

L’accusation proférée par le Crif Grenoble-Dauphiné et la préfecture de l’Isère contre le NPA Grenoble-Isère de tenir des propos antisémites dans ses réunions est extrêmement grave. Cette stratégie qui vise à faire un amalgame entre la politique criminelle menée par l’État d’Israël à Gaza ou en Cisjordanie, et les personnes de confession ou de culture juive, est profondément dangereuse. Ainsi, lors de son interview à France Bleu Isère du mardi 21 novembre 2023, le président du Crif Dauphiné, M. Hervé Gerbi, a utilisé cet amalgame pour accuser le NPA d’antisémitisme : « L’antisémitisme dans sa forme qui est aujourd’hui l’antisionisme, qui est prôné par le NPA, est totalement inadmissible. » De la même manière, dans son arrêté d’interdiction de notre réunion publique, publié la veille de la tenue de cette réunion, la préfecture de l’Isère estime que lors de notre réunion « des propos incitant à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard de la communauté juive sont susceptibles d’être prononcés ». Cet amalgame est proprement scandaleux !

Le NPA a toujours lutté, et lutte toujours, contre toutes les formes de racismes, que ce soit l’antisémitisme ou l’islamophobie ! Avant comme depuis le 7 octobre, le Nouveau Parti anticapitaliste, parti communiste révolutionnaire internationaliste, a toujours été sans ambiguïté dans sa dénonciation de l’antisémitisme comme de toutes les formes de racisme. Cette lutte fait partie de notre ADN pour réaliser l’unité des exploités. En atteste l’intégralité de nos publications. L’amalgame utilisé ici par le Crif ou encore la préfecture – alors même que le gouvernement organise des manifestations « contre l’antisémitisme » aux côtés de milices d’extrême droite et du Rassemblement national, parti dont les racines se fondent dans la collaboration avec les nazis – porte une responsabilité importante aujourd’hui dans la montée de l’antisémitisme en France !

Nous avons fait le choix hier de ne pas tenir notre réunion publique sous le coup de cette interdiction, car nous refusons de mener notre politique en catimini. Nous remercions les dizaines de personnes venues montrer leur solidarité face à ces attaques. Cette interdiction est une censure pure et simple, à l’heure où la mobilisation contre le massacre en cours en Palestine prend de l’ampleur en France et dans le monde. Nous assumons pleinement le titre de notre réunion « Israël assassin, impérialistes complices », slogan utilisé dans la rue depuis des semaines par des milliers de manifestants dans la rue. L’État d’Israël massacre la population palestinienne sans distinction au titre de la guerre contre le Hamas. Ce sont pour le moment plus 14 000 Palestiniens tués depuis le début du conflit. Face à cette censure, nous l’avons dit et nous le réaffirmons aujourd’hui, on ne se laissera pas faire. Nous nous donnerons les moyens d’assumer notre politique jusqu’au bout. Nous maintenons donc l’organisation de cette réunion publique dans les prochains jours et appelons à la solidarité de tous face aux tentatives d’intimidation, de censure et de répression menées par l’État et le Crif Grenoble-Dauphiné.

Nous ne nous laisserons pas faire, ni mettre au pas ! Rien n’empêchera la solidarité avec le peuple palestinien de s’exprimer : halte au massacre perpétré par l’État d’Israël et son armée contre la population palestinienne de Gaza et l’ensemble du peuple palestinien !

Communiqué du NPA Grenoble-Isère, 24 novembre 2023

 

 


 

 

Voir aussi, à ce sujet :