Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Gaza : les euphémismes de l’administration américaine

Alors que les massacres continuent à Gaza, que le nombre de morts dépasse désormais les 28 000 et le nombre de blessés les 67 000, Benyamin Netanyahou a ordonné à l’armée israélienne de préparer une offensive à Rafah, à l’extrême sud de la bande de Gaza, où s’entassent plus de 1,3 million de déplacés dans des conditions déjà insoutenables. Face à cette violence aveugle, Washington a déploré « la riposte excessive » d’Israël, mettant en garde son allié contre « le risque d’un désastre ». Outre que le désastre est déjà bel et bien là depuis des semaines, « la riposte excessive » d’Israël ne serait pas possible si les États-Unis ne livraient pas chaque jour des tonnes et des tonnes d’armement à son allié sioniste pour lui permettre de perpétuer des crimes sans nombre. La pudeur hypocrite affichée de Biden à l’égard de ce qui se passe à Gaza ne peut dissimuler sa complicité active dans ce bain de sang.