Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

JO 2024 : nager dans la Seine, c’est pas évident

L’épreuve féminine internationale de natation en eau libre prévue dans la Seine, qui devait servir de test pour les Jeux olympiques de Paris, a été annulée. La cause ? La pollution de l’eau due notamment aux pluies abondantes qui se sont abattues sur la capitale et ont fait déborder les égouts. « La qualité de l’eau de la Seine reste actuellement en dessous des normes acceptables pour la sauvegarde de la santé des nageurs » a indiqué la Fédération française de natation dans un communiqué. Et qu’arrivera-il si cela arrive l’an prochain lors des JO ? Les organisateurs se veulent rassurants et affirment que tout sera fait pour rendre le fleuve limpide. Il n’y a plus qu’à les croire. Rappelons qu’en 1988, Jacques Chirac, alors maire de Paris, avait déclaré au magazine Le Chasseur Français : « j’affirme qu’on peut rendre un fleuve propre, et j’ai d’ailleurs indiqué que dans trois ans, j’irai me baigner dans la Seine devant témoins pour prouver que la Seine est devenue un fleuve propre. » Une promesse qu’il ne tint jamais, préoccupé sans doute par sa santé. Pour rendre le fleuve propre il faudrait en effet repenser tout le système d’épuration de la capitale. Ce qui coûterait sans doute des centaines de millions d’euros et prendrait des décennies. Alors en attendant on bricole et on bluffe…