Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

La (bonne) surprise, c’est la grève !

Quoi de commun entre les salariés de Getlink, la société gestionnaire du tunnel sous la Manche, celles et ceux de la tour Eiffel ou encore de l’abbaye du Mont-Saint-Michel ? Les uns comme les autres se sont saisis de la période des fêtes de fin d’année et de la fréquentation importante des voyageurs et des touristes qui en découle pour lancer des « grèves surprises » mettant le trafic à l’arrêt (une journée complète pour l’Eurostar le 21 décembre), provoquant la fermeture du site (une journée également pour la tour Eiffel le 27 décembre) ou encore l’accès gratuit aux visiteurs pour l’abbaye (depuis le 28 décembre). Les salariés de Getlink ont obtenu le triplement de leur prime de fin d’année (3000 euros au lieu de 1000). Les salariés de la tour Eiffel, qui alertent depuis des mois sur le risque de dévissage du budget d’exploitation et d’entretien du célèbre monument, ont promis de bloquer l’accès à la Tour durant les Jeux olympiques de Paris cet été si la direction persiste à ne pas prendre en compte leur inquiétude et leurs revendications. Quant aux salariés de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, qui accueillent 1,5 million de touristes chaque année et dont les conditions de travail sont de plus en plus dégradées, ils réclament des embauches, des « CDIsations » et des revalorisations des salaires, et ils se sont lancés dans une grève illimitée.

Ces « grèves surprises » dans des lieux emblématiques ou stratégiques donnent à voir de la capacité de blocage de la bonne marche des affaires de la société capitaliste lorsque celles et ceux qui la font tourner font grève de manière massive et déterminée. De quoi alimenter nos vœux de succès et de généralisation de ce type de grèves pour l’année 2024 et peut-être même bien avant les JO !

Marie Darouen