Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

La mal-bouffe augmente les risques de cancer

Une vaste étude associant plusieurs organismes (l’Inserm, l’Inrae, Sorbonne-Paris-Nord, université Paris-Cité et le Cnam) vient de mettre à nouveau en lumière les effets potentiellement cancérigènes de certains additifs alimentaires : carraghénane, diphosphates, pectine… Autant de produits que l’agrobusiness utilise à haute dose pour améliorer la conservation, le goût ou la présentation de ses articles (yaourts, charcuterie, confitures, viennoiseries industrielles…). Mais à quel prix pour notre santé ? En analysant les données de santé de 92 000 adultes pendant sept ans, et en suivant leur régime alimentaire, les chercheurs ont documenté l’apparition de 2 604 cas de cancers au sein de l’échantillon. Une fois pris en compte les facteurs cancérigènes connus (cigarette, alcool, manque d’activité physique…), ces cas ont montré que ceux qui consommaient plus d’additifs alimentaires que la moyenne avaient plus de risque d’avoir un cancer. Or cet additif, on le retrouve un peu partout dans les aliments ultra-transformés qui sont souvent les moins chers. Et, encore une fois, les plus pauvres sont de fait les plus exposés.