Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

La panthéonisation ou la politique spectacle de Macron

Les résistants communistes arméniens Missak et Mélinée Manouchian entreront au Panthéon le 21 février. À cette occasion on aura droit à une cérémonie solennelle qui mettra en scène d’abord et avant tout… Emmanuel Macron qui a multiplié ce genre de cérémonies depuis son élection à la présidence. Il y a eu Simone et Jean Veil en 2018, Maurice Genevois en 2020, Joséphine Baker en 2021 et bientôt Robert Badinter. Il est évident que ce n’est pas à l’idéal communiste des militants du groupe Manouchian que Macron entend rendre hommage. Manouchian lui-même n’aurait pas apprécié de se retrouver aux côtés de personnages comme Thiers, le massacreur de la Commune de Paris. Mais le Président fait feu de tout bois pour tenter de gagner un peu de popularité en célébrant une pseudo « unité nationale », sous forme d’un « hommage solennel de la nation », dans laquelle se précipite, et même joue des coudes, l’ensemble de la classe politique, de gauche comme de droite. Une unanimité de façade (avec quelques accrocs) le temps d’une cérémonie parfaitement hypocrite.