Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Le cri d’alarme des Restos du cœur

En raison de difficultés financières, les Restos du cœur vont être contraints de réduire cet hiver le nombre de leurs bénéficiaires. Patrice Douret, le président de l’association créée en 1985 par Coluche, estime qu’environ 150 000 personnes devront être éconduites alors que le nombre de bénéficiaires a grimpé en un an de 1,1 à 1,3 million. Face à cette situation, les patrons de Carrefour, d’Intermarché et de LVMH ont promis leur soutien et Aurore Bergé, la ministre des Solidarités, a annoncé une aide supplémentaire de 15 millions d’euros. On ne sait pas si cela sera suffisant mais là n’est pas la question. Il est scandaleux que dans l’un des pays les plus riches du monde, quatre millions de personnes dépendent quotidiennement pour manger de l’action d’associations comme les Restos du cœur, le Secours populaire, le Secours catholique, la Croix-Rouge, les banques alimentaires ou autres, alors que dans le même temps les grands groupes engrangent des profits record et que les nantis n’ont jamais été aussi nombreux ni aussi riches.