Le droit au logement reste à imposer

Comme chaque année, le premier avril marque la fin de la trêve hivernale et la reprise des expulsions. Une épée de Damoclès pour des milliers de locataires. La fondation Abbé Pierre signale que « dès le dernier trimestre 2022, la moitié des bailleurs sociaux constataient une augmentation de plus de 10 % sur un an du nombre de ménages en difficulté financière ». Et de constater que la « précarisation croissante des ménages s’aggrave en raison de l’inflation actuelle ». Si tant de travailleurs ont du mal à boucler leurs fins de mois, ce ne sont pas les locataires, mais le capitalisme qu’il faut mettre dehors.

Partager cet article