Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Les femmes face aux violences économiques

Selon la Fédération nationale solidarité femmes (FNSF), qui gère la ligne d’écoute 39 19, quelque 26 % des femmes ont subi des violences économiques en 2022, soit une progression d’un point par rapport à 2021. Ces violences économiques font partie des six formes de violences conjugales constatées et arrivent derrière celles d’ordre psychologique, verbales ou physiques. Solidarité Femmes a constaté une précarisation des femmes à la suite des violences subies. Françoise Brié, directrice générale de la FNSF explique : « Cela peut prendre différentes formes, comme l’interdiction de travailler pour la femme, mais aussi la confiscation des ressources du foyer par l’auteur des violences, comme les allocations familiales et le salaire, ce qui empêche ainsi les femmes de quitter l’agresseur. Ou encore, parfois, elles n’ont même pas de compte bancaire. » Si ce type de violences a lieu au sein du foyer, il peut également continuer après la séparation, avec le non-paiement de la pension alimentaire ou des procédures judiciaires à répétition contre des femmes sans ou avec peu de ressources.