Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Les petites manœuvres de François Bayrou

À peine relaxé dans son procès au pénal le maire de Pau et président du parti centriste Mouvement démocrate (MoDem), François Bayrou, avait été plus ou moins pressenti pour rejoindre le gouvernement de Gabriel Attal. Il a refusé en évoquant « un désaccord profond sur la politique à suivre ». Un « désaccord profond » qui, jusqu’à présent, n’a jamais empêché Bayrou et les députés Modem de voter toutes les mesures les plus réactionnaires des différents gouvernements macronistes. Mais en jouant les tontons flingueurs au sein de la majorité, il se différencie de ses rivaux et regarde vers la présidentielle de 2027. Et il veut avoir les coudées franches pour se présenter à nouveau au poste suprême qu’il a déjà brigué trois fois sans succès. Ce qui est vu d’un mauvais œil à l’Élysée. Et réponse sans doute du berger à la bergère le parquet de Paris vient de faire appel de sa relaxe dans l’affaire des assistants parlementaires européens. C’est reparti pour un tour.