Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Les polluants éternels ont encore de beaux jours devant eux

L’Assemblée nationale discute d’une proposition de loi déposée par le député écologiste de Bordeaux, Nicolas Thierry, visant à interdire les PFAS qu’on appelle plus familièrement les « polluants éternels ». Ce sont des composés chimiques mis au point dans les années 1950 et qui sont utilisés dans une vaste gamme d’articles pour leurs propriétés anti-adhésives et anti-salissures. On en trouve dans les vêtements, les poêles, le papier toilette, les emballages, les mousses anti-incendie, les cosmétiques, le matériel médical, etc. Ils imprègnent l’alimentation et l’eau potable et sont difficilement éliminés par le corps humain une fois ingérés. Dans un premier temps le projet de loi vise à les faire interdire dans quatre familles de produits : ustensiles de cuisine, textiles, cosmétiques et fart pour les skis. Les patrons de ces secteurs sont vent debout contre cette mesure, notamment ceux du groupe SEB qui ont appelé leurs salariés à manifester devant l’Assemblée nationale. Quant au ministère de l’Économie il ne cache pas non plus son hostilité estimant que « cette proposition de loi suscite notre réserve, car elle est trop radicale et risque de pénaliser… nos entreprises ». Encore une fois la santé publique risque de passer derrière les profits.