Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Les positions natalistes de Macron renvoient aux heures sombres de l’Histoire

En prétextant une baisse historique du nombre des naissances, Emmanuel Macron a ravivé le débat nataliste, dont ont toujours fait leur miel les politiciens les plus réactionnaires, au détriment de l’autonomie des femmes et d’une fécondité contrôlée. Une régression digne de l’entre-deux-guerres. À l’époque, alors que la contraception et l’IVG étaient interdits, on exhortait les femmes à faire des enfants pour résister face à l’ennemi héréditaire, l’Allemagne, dont la population était plus importante, pour donner des soldats à la France et des prolétaires aux usines afin de se passer de la main-d’œuvre immigrée. Pendant la Seconde Guerre mondiale, c’est le gouvernement Pétain qui en remit une couche en se prononçant même pour la peine de mort pour les « avorteuses ». En fait, dans l’histoire de ce pays, le natalisme a toujours été associé au nationalisme, au chauvinisme, à l’hostilité à l’égard des homosexuels et le plus souvent défendu par la droite réactionnaire et l’extrême droite. Une pente glissante sur laquelle s’engage Macron.