Liban : le Hezbollah en plein délire homophobe

En plein mois des marches des fiertés, le groupe parlementaire du Hezbollah a condamné dans une déclaration solennelle la « perversité érotique », la qualifiant d’ « anormale » et d’ « occidentale ». Cette déclaration intervient après la réunion hebdomadaire des députés du parti chiite qui ont dénoncé les « concepts et manifestations de sexualité anormaux et choquants qui sont promus au Liban, sans distinction d’appartenance ou de religion ». Et d’ajouter : « Ces actions vont à l’encontre de la culture et des coutumes de notre peuple, de ses intérêts nationaux et de ses valeurs morales. » On pourrait bien sûr ignorer les délires rétrogrades d’un parti qui voit son idéal dans l’Iran des ayatollahs. Sauf que ses positions aberrantes sont largement partagées par les autorités libanaises, toutes religions confondues, qui, le 17 mai dernier, avaient annulé les événements prévus pour marquer la Journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie, et arrêté brièvement l’organisateur de la semaine de la marche des fiertés de Beyrouth, Hadi Damien. Ce dernier est d’ailleurs un habitué des geôles libanaises mais continue son combat pour la reconnaissance des droits LGBTQ+.

Partager cet article