Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Macron disserte sur la jeunesse

Comme chaque année Emmanuel Macron a pris la parole à l’occasion des commémorations de la libération en 1944 de ville de Bormes-les-Mimosas, dans le Var, où se situe le Fort de Brégançon, résidence estivale des présidents de la République. Les observateurs qui s’attendaient à ce que dans de son discours il évoque « l’initiative politique d’ampleur » qu’il a récemment annoncée dans les colonnes du Figaro Magazine ont été déçus. Pendant sa prise de parole de 13 minutes, Il s’est contenté, comme à son habitude, d’aligner des platitudes sur « le chaos » et « la désunion » mais rien de concret. Évoquant sans vraiment les nommer les jeunes des quartiers populaires, il a expliqué : « Il y a dans nos jeunes un appétit de liberté, un idéalisme qui se cherchent parfois. Et auquel nous devons répondre. » Pour l’instant la seule réponse concrète que le pouvoir a donné à cette légitime révolte de la jeunesse a été la mobilisation contre elle des forces de l’ordre ou l’idée de l’embrigader au sein du Service national universel. Rien d’étonnant à cela, car on voit mal comment le président des riches pourrait satisfaire l’appétit de liberté et l’idéalisme des générations montantes.