Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Mort de Nahel : la version des policiers sérieusement mise en cause

Dans l’enquête sur la mort de Nahel, tué par le tir d’un policier le 27 juin dernier à Nanterre, la version des policiers qui se fondait avant tout sur une pseudo-légitime défense a été mise à mal par plusieurs témoins oculaires. Les juges d’instruction du tribunal de Nanterre ont acquis la certitude que la Mercedes conduite par Nahel, lorsqu’il a redémarré, n’a pas foncé sur le policier qui le contrôlait. Deuxième point crucial de l’enquête : les coups qu’auraient portés les policiers lors du contrôle. Plusieurs témoins se sont manifestés, cinq au total, dont deux des passagers de la voiture conduite par le jeune homme. Tous racontent avoir vu les fonctionnaires donner des coups de crosse de pistolet à Nahel : un premier aurait été donné par le policier auteur du tir mortel et deux autres par l’un de ses collègues. Enfin, des menaces de mort auraient été proférées par les policiers qui ont promis une « balle dans la tête » à Nahel et crié « shoote-le » Ce qui ne les empêche pas de continuer de jouir du soutien de leur hiérarchie et du ministre de l’Intérieur.