Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Paris : les VTC en colère

À l’appel de l’Intersyndicale nationale VTC, plusieurs dizaines de chauffeurs de VTC (voiture de transport avec chauffeur) se sont rassemblés dans les rues de la capitale pour « sauver leur avenir ». Ils avaient prévu une opération escargot jusqu’aux abords du Stade de France qui a finalement été interdite par la préfecture de police. Ils entendaient notamment protester contre leur « exclusion » des Jeux olympiques l’an prochain dans la capitale. Brahim Ben Ali, un des responsables de l’Intersyndicale, estime qu’ « aujourd’hui, on fait tout pour mettre des bâtons dans les roues des VTC », devenus « les gueux du transport ». Et il ajoute que lors des JO de 2024 « 185 km de voies seront réservés en Île-de-France aux chauffeurs accrédités pour les JO, aux taxis, mais pas aux chauffeurs de VTC ». Et de conclure : « On est exclus et on va forcer les clients à prendre un autre mode de transport. » Au-delà de leurs revendications purement corporatistes (comme le report de deux ans de la date d’interdiction de véhicules polluants dans Paris), beaucoup de chauffeurs de VTC, ex-salariés ou ex-chômeurs, vivent sur l’illusion d’être de soi-disant « auto-entrepreneurs » alors même que leurs revenus avoisinent souvent le Smic. Ils font partie des damnés de la terre, même s’ils n’ont pas forcément conscience de l’être.