Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Plateforme industrielle du courrier (PIC) – Lille : des débrayages qui montrent la voie

Au cours du mois de décembre, des postiers de différentes brigades présentes à la PIC ont tenu à montrer leur mécontentement.

Au sein des équipes du matin, une dizaine de postiers qui livrent le courrier aux entreprises ont débrayé à trois reprises pendant une heure. Ils revendiquent de meilleures primes pour la réorganisation de leur service. Dans la même période, une dizaine de postiers travaillant en production sur le chantier du tri manuel ont spontanément arrêté le travail pour dénoncer le manque de chauffage dans leur secteur de l’usine. Ils ont obligé des cadres de la direction à descendre de leurs bureaux bien chauffés pour constater le problème.

Une semaine avant Noël, cette fois-ci dans les brigades d’après-midi, neuf ouvriers débrayaient une heure pour dénoncer les salaires trop bas et le manque d’embauches. De nombreux collègues du site ont tenu à marquer leur solidarité avec ce débrayage, en applaudissant ou en montrant des signes de sympathie. La colère était particulièrement grande face à la petitesse du chèque cadeau de 40 euros reçu pour Noël. Ce montant a été perçu comme une provocation de plus de la part de la direction, alors que le coût de la vie explose.

Ces actions de quelques dizaines de salariés sont encore minoritaires dans une usine qui compte 500 personnes. Mais elles ont été discutées plus largement parmi les collègues et la fierté des participants montre qu’il est possible de renouer avec une vieille tradition des centres de tri postal : arrêter le travail à plusieurs pour se réunir entre salariés qui relèvent la tête et montrer notre force.

On ne peut qu’espérer que des actions de ce type se multiplieront en 2024.

Correspondant