Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Pour les 30 ans de Disneyland Paris, le nouveau show des grévistes du parc !

Des centaines de salariés de tout le parc et de tous les métiers (de la propreté, des attractions, du spectacle, de la restauration, de la maintenance, de l’hôtellerie, des boutiques, etc.) se sont mis en grève mardi 23 mai. À l’ouverture, une partie des attractions du parc était à l’arrêt. Le débrayage prévu pour durer de 6 à 9 heures, s’est étendu jusqu’à la fin de la matinée. Le cortège des grévistes s’agrandissait à mesure que la colère résonnait, jusqu’à arriver devant les bâtiments de la direction. Cette mobilisation fait suite à plusieurs débrayages qui ont eu lieu ces dernières semaines, côté maintenance et spectacle.

Parmi les revendications qui s’expriment : 200 euros d’augmentation, l’arrêt des horaires adaptés (système mis en place depuis 2020 qui permet à la direction de Disney de faire varier les horaires sans aucune compensation : on peut travailler quatre heures trente un jour, et dix le lendemain), le paiement double du dimanche travaillé… et aussi le retrait de la réforme des retraites !

Un mardi « historique »

Dans l’avenue principale, là où se déroule habituellement la parade, on entendait : « On est là, même si Disney ne veut pas nous on est là. Pour l’honneur des cast members1 et pour un salaire meilleur, même si Disney ne veut pas nous on est là. »

Pour de nombreux travailleurs, c’est le moment de montrer la réalité derrière la « magie » de Disney : des conditions de travail qui se dégradent d’année en année, une direction méprisante, du harcèlement, un manque de personnel, des installations vétustes provoquant des accidents du travail, du matériel de sécurité difficile à obtenir, des paies qui frôlent le smic (même après 25 ans d’ancienneté), etc.

Une travailleuse raconte : « Beaucoup de gens se sont joints et se sont retrouvés de partout : des cadres, des team leaders, des gens des hôtels, des gens des attractions… Ça fait des mois que ça parle de salaire, les gens sont au bout de leur vie. On va pas lâcher. »

Une occasion de relever la tête

Il est pourtant difficile à Disney de se retrouver pour échanger sur les galères du quotidien ou les difficultés liées aux bas salaires : le parc est immense, les plannings varient plus vite que la météo… Et pourtant, les centaines de grévistes montrent comment se retrouver : en se mobilisant tous ensemble.

La grève est un double outil : à la fois le moyen de discuter entre travailleurs de nos revendications et de comment les obtenir, et la meilleure arme pour imposer un rapport de force et gagner. C’est ce que cette première mobilisation peut apporter.
Pour que le mouvement grossisse, il faudra inclure le plus largement possible, du permanent à l’intérimaire, de l’agent de maintenance au personnel de l’hôtellerie. Bien que les statuts différents (CDI, CDD, intérim, sous-traitance) séparent en apparence les travailleurs des uns des autres, il n’en demeure pas moins que les raisons de la colère sont les mêmes : des patrons qui exploitent et un travail qui use.

Alors… à mardi prochain !

La semaine prochaine, il est annoncé de poursuivre mardi 30 mai. Des travailleurs ont été pris par surprise par leurs collègues grévistes lors de cette première journée, et pourtant elle a été réussie. En attirant dans le mouvement encore plus de monde, en discutant le plus possible dans toutes les équipes des conditions de travail et des salaires : aux pauses, avant ou après le boulot, par les boucles de discussions, etc., elle devrait être que plus combative encore.

Correspondants


 

1 Désigne les salariés Disney