Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Pour les ministres, « l’école républicaine » c’est pour les autres

C’est Mediapart qui la pointe du doigt. La nouvelle ministre de l’Éducation nationale, Amélie Oudéa-Castéra, a choisi un établissement privé ultra-réactionnaire pour scolariser ses enfants. Elle a jeté son dévolu sur le très catholique collège-lycée Stalinas, dans le 6e arrondissement de Paris, où des professeurs assimilent l’avortement à un meurtre et condamnent l’homosexualité. Ce qui n’a pas empêché ladite ministre d’affirmer sa détermination à servir « le service public de l’éducation ». Mais pas au point d’y mettre ses propres enfants. Et ce n’est pas un cas isolé. Car on ne compte plus les ministres, et les présidents de la République, qui sont passés par l’enseignement privé et y scolarisent leur progéniture. À l’évidence pour eux « l’école publique et républicaine », c’est pour le bas peuple et pas pour l’élite dont ils croient faire partie.