Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Près d’un million de travailleurs toujours exposés à la silicose

On croyait la silicose disparue en France avec la fermeture des mines de charbon. Pourtant, elle existe toujours et de nombreux professionnels en pâtissent. Selon Santé publique France, 975 000 travailleurs respirent régulièrement de la poussière de silice. Une poussière invisible, toxique et surtout cancérogène. C’est ce que révèle l’enquête Travail de malade, malade du travail, diffusée dans Cash Investigation sur France 2. En effet, l’exposition prolongée à la poussière de silice cristalline peut entraîner une silicose. Et ce type de poussière est présent dans une multitude de secteurs : la construction et le bâtiment mais aussi la fabrication du verre, du cristal, des prothèses dentaires, les fonderies, la métallurgie… Le seul moyen de s’en prémunir est de porter systématiquement un masque au travail, ce que nombre de patrons n’imposent pas pour ne pas ralentir la productivité. Est-il possible de se débarrasser de la poussière de silice incrustée dans les poumons ? « Non ! », prévient le professeur Christophe Paris, chef du service de pathologies professionnelles et environnementales au CHU de Rennes. « Il n’y a pas traitement pour la silicose. Il n’y a pas de façon de revenir en arrière. » Et tant pis pour les vies gâchées de dizaines de milliers de salariés.