Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Puissances impérialistes : phrases humanitaires creuses et soutien bien réel à l’État israélien

Les manifestations se sont multipliées dans le monde exigeant la fin des massacres. Elles se poursuivent dans de nombreuses villes en France, même si les fêtes de fin d’année ont clairsemé les rassemblements. Mais la guerre sans merci que mène l’armée israélienne contre les Palestiniens ne connaît pas de trêve et la protestation doit se maintenir et rebondir le plus tôt possible.

Confrontés à cette indignation d’une grande partie de leur opinion publique, les dirigeants des puissances impérialistes occidentales font mine de demander aux dirigeants israéliens de veiller à protéger la population civile palestinienne. Comme si le déplacement forcé de deux millions de personnes ne se faisait pas devant eux. Comme si les images des habitations, des bâtiments publics, des hôpitaux réduits à l’état de décombre ne s’étalaient pas sous leurs yeux. Comme si les déclarations des organisations internationales sur les centaines de milliers d’enfants en état de sous-nutrition, sur la famine qui menace 500 000 Gazaouis aujourd’hui, deux millions demain ne parvenaient pas à leurs oreilles.

Le ministère des Affaires étrangères français a hypocritement fait savoir que « la France est gravement préoccupée par l’annonce des autorités israéliennes d’une intensification et d’une prolongation des combats à Gaza, alors que les bombardements systématiques ont encore fait de très nombreuses victimes civiles ces derniers jours »… Mais sa dénonciation ne va évidemment pas jusqu’à condamner la politique israélienne, puisqu’il la soutient.

Les incitations « humanitaires » des dirigeants impérialistes, c’est pour la galerie. La réalité de leur politique tient dans les quelques mots prononcés le 18 décembre par Lloyd Austin, le secrétaire à la Défense des États-Unis, lors d’une visite à Tel Aviv : « Le soutien américain à la sécurité d’Israël est inébranlable. Israël n’est pas seul. »

Marie Darouen et Jean-Jacques Franquier

Voir aussi : Massacres à Gaza : l’armée israélienne intensifie sa politique terroriste