Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

RATP : 300 euros pour tous ou pas de Jeux olympiques

Des ouvriers de la maintenance du réseau de transport francilien ont envahi jeudi le siège de la RATP pour réclamer une augmentation salariale de 300 euros et de meilleures conditions de travail, alors que se tenaient les négociations annuelles obligatoires. « Pas de point, pas de train ! 300 euros ou pas de JO », indiquait la banderole syndicale sur la façade de l’immeuble du 12e arrondissement. La centaine de grévistes est ensuite entrée dans les bureaux. La direction de son côté a proposé 100 euros brut mensuels. La CGT-RATP a déposé un préavis de grève pour une période s’étendant du 5 février au 9 septembre, soit celle des Jeux olympiques, pour lesquels les transports sont un facteur clé. Outre les 300 euros pour tous, la CGT demande notamment une meilleure prise en charge de la mutuelle, la semaine de 32 heures, la réévaluation de primes et l’instauration d’un mécanisme d’indexation sur l’inflation. Des revendications qui ne concernent pas seulement les travailleurs de la RATP.