Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Révélation sur le système Leclerc

Le magazine Complément d’enquête, sur France 2, a consacré un de ses numéros à la façon dont s’y prennent certains franchisés des supermarchés Leclerc pour rogner sur les contrats de travail de leurs employés de façon illégale. En caméra cachée, une journaliste explique être à la recherche d’un CDD de trois mois. Apparemment cela n’existe pas dans ce magasin. On lui propose à la place un CDI assorti « d’une lettre de démission stipulant que suite à la reprise de vos études, vous démissionnez ». La lettre est évidemment post-datée de trois mois. Le directeur, qui ne sait pas qu’il est filmé, n’a l’air ni surpris, ni embarrassé par la situation. Il explique qu’« un CDD est taxé de façon très importante » pour l’employeur, notamment s’il multiplie ce genre de contrats courts. Alors que si le salarié met fin de lui-même à un CDI cet inconvénient n’existe pas. Une pratique illégale mais qui semble largement répandue. Pour certains patrons il n’y a pas de petits profits.