Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Scandale des eaux minérales « désinfectées » : ça continue

L’association de défense des consommateurs Foodwatch a porté plainte contre Nestlé Waters et le groupe Sources Alma pour les traitements de désinfection interdits auxquels ils ont eu recours pour leurs eaux minérales. Sont notamment concernées les eaux des marques Vittel, Perrier, Contrex, Hépar, San Pellegrino, Courmayeur, Vichy Célestins, Rozana, St-Yorre, Cristaline, etc. Vendues en général dix fois le prix de l’eau du robinet, ces eaux, présentées comme naturelles, étaient en fait traitées artificiellement pour tenter d’effacer les pollutions dont elles étaient porteuses. Prévenues dès 2021 de ces manipulations les autorités avaient fermé les yeux. « Personne, pas même une multinationale comme Nestlé, n’est au-dessus des lois », a estimé Ingrid Kragl, directrice de l’information de Foodwatch. En ajoutant : « C’est la raison pour laquelle nous portons plainte aujourd’hui devant le tribunal judiciaire de Paris contre ces deux entreprises pour neuf infractions à la directive européenne sur les eaux minérales, au Code de la consommation et au Code de la santé publique ». L’association a en outre adressé une lettre à la Commission européenne, dénonçant « la complaisance de la France, mouillée dans cette affaire depuis plusieurs années, qui aurait dû alerter les autorités européennes et les autres États membres importateurs de ces eaux ». En n’agissant pas Paris a fait un cadeau à ces grands groupes pour qu’ils puissent continuer d’écouler leurs eaux trafiquées. Un de plus pourrait-on dire….