Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Sciences Po : la solidarité avec les Palestiniens ne plait pas à tout le monde

La tenue d’une réunion d’une centaine d’étudiants de Sciences Po en solidarité avec les Palestiniens massacrés à Gaza a suscité une petite tempête médiatique et politicienne. Au point que le Premier ministre Attal envisage de se rendre dans l’établissement. Cette réunion a été présentée par de nombreux médias comme une manifestation d’antisémitisme, sous le prétexte que l’entrée de l’amphi aurait été refusée à une militante de l’UEJF, organisation d’étudiants sionistes qui soutient la politique de l’État d’Israël. Un étudiant aurait crié « Ne laissez pas entrer la sioniste ! » Il n’en faut pas davantage pour que soit dénoncé un « filtrage », une « discrimination » des étudiants juifs. Le Pen elle-même y a été de son petit couplet contre l’antisémitisme. Un commentateur de la chaîne LCI expliquait même que l’étudiante refoulée aurait été identifiée comme juive à son faciès. Or, à en croire Le Figaro, peu suspect de sympathie pour la cause palestinienne, la vraie raison de ce rejet, c’est que cette étudiante est connue pour filmer les militants qui dénoncent les massacres de Gaza et mettre leurs photos sur les réseaux sociaux. L’objet de cette campagne contre les étudiants de Sciences Po qui ont tenu cette réunion vise à soutenir la guerre menée par l’armée israélienne à la population palestinienne. Ne tombons pas dans le panneau.