Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

SNCF : l’exploitation tue

En l’espace de quelques jours, deux cheminots sont morts au travail. Les accidents se sont produits lors du travail sur une rame au technicentre de Bischeim, et sur les voies à Dijon lors du passage d’un train. À ce jour, les circonstances exactes ne sont pas connues. Mais les cheminots ne connaissent que trop bien le genre de circonstances souvent révélées lors des enquêtes indépendantes après un accident du travail. La hausse de la pression sur les cadences, la désorganisation du travail à cause des politiques du « flux tendu » ou du « zéro stock » qui augmentent les risques, ou le sous-effectif qui conduit à faire plusieurs choses à la fois. Tout cela, c’est au détriment de la sécurité des travailleurs. Dans les hautes sphères de la direction, c’est sûr qu’on n’a jamais risqué de mourir étouffé avec un petit four.