Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Solidarité avec les livreurs sans papiers de Grenoble !

Mercredi 27 décembre, une opération policière sur plusieurs communes (Grenoble, Voiron et Vienne) a visé des livreurs Uber Eats sans papiers. Dans le contexte de la loi immigration Darmanin-Le Pen, l’État continue son attaque sur la frange la plus précaire des travailleurs.

Une opération policière d’ampleur

À Grenoble, cette opération visant des travailleurs sans papiers algériens, burkinabés, guinéens ou tunisiens a utilisé des moyens policiers proprement scandaleux. Ainsi, la place Victor-Hugo a été entièrement fermée par les camions de police pour permettre l’interpellation des travailleurs. Une véritable rafle en plein centre de Grenoble et en pleine période des fêtes. Les interpelés ont été transférés en garde à vue à Lyon et Grenoble, avant de se voir notifier des obligations de quitter le territoire français (OQTF) et des interdictions de retour sur le territoire (IRTF).

Face aux attaques et au cynisme de l’État, solidarité avec tous les travailleurs

Devant le scandale, le procureur de la République, M. Éric Vaillant, s’est fendu d’une déclaration sur les réseaux sociaux, dans laquelle il précise que l’intervention s’est faite à sa demande et que celle-ci avait permis « de constater que les livreurs en situation irrégulière étaient gravement exploités par ceux qui leur sous-louaient leur licence » ! Ce qui n’étonnera personne, le procureur de la République, semblant soudain si enclin à se battre contre l’exploitation des travailleurs, a préféré viser des travailleurs sans papiers plutôt que les patrons de ces plateformes qui s’engraissent sur le dos des salariés…

Face à ces attaques, nous exprimons notre solidarité avec ces travailleurs sans papiers injustement interpellés ! Lors de la conférence de presse qui s’est tenue ce vendredi au siège de la CGT de Grenoble, Mohamed Fofana, responsable CGT des livreurs dans l’Isère, l’a rappelé : « Nous sommes des travailleurs, pas des délinquants. » Les luttes de ces travailleurs, ces dernières années, pour de meilleures conditions de travail ou contre la réforme des retraites sont des exemples de ce que l’organisation et la mise en mouvement des travailleurs peut faire… et à qui elle fait peur !

Léonard Valot