Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Sous les claviers d’Ubisoft, la rage

Des centaines de salariés de la plus grosse entreprise de jeux vidéos du pays étaient en grève mercredi 14. Ils ont sorti les drapeaux et le piquet pour obtenir des « salaires dignes », une augmentation de 5 % minimum. Chez l’inventeur d’Assasin’s Creed ou des Lapins crétins, les profits et le cours des actions sont au top et c’est au prix d’une pression constante sur les travailleurs sous prétexte que leur métier serait leur passion. Sous-payés, surchargés, confrontés à un management toxique et même à des affaires de harcèlement sexuel, ils prennent le chemin de la lutte collective et c’est tant mieux !