Nouveau Parti anticapitaliste

Nos vies valent plus que leurs profits

Wintzenheim (Haut-Rhin) : le gîte détruit par un incendie n’avait « aucune autorisation »

Onze personnes sont mortes après l’incendie d’un gîte qui accueillait des personnes handicapées et leurs accompagnateurs. Selon l’adjoint au maire de la commune, les victimes n’auraient jamais dû se trouver là au moment du drame, car l’établissement ne disposait d’« aucune autorisation » pour mener son activité et n’avait jamais été déclaré comme gîte. En outre, il n’avait pas fait non plus l’objet d’autorisations de travaux pour accueillir des personnes handicapées. Au moment du drame, 28 personnes étaient pourtant hébergées dans le gîte de vacances. De son côté, la vice-procureure de la République de Colmar a affirmé que « le gîte n’avait pas subi le passage de la commission de sécurité qui est obligatoire » et « ne disposait pas des caractéristiques pour accueillir du public ». On ne sait actuellement pas si tout cela à un lien avec l’incendie, mais on a l’impression qu’après le drame la mairie et les autorités ouvrent leurs parapluies en grand. Car peut-on imaginer que, dans une petite ville, l’établissement, qui faisait de la publicité sur les réseaux sociaux et se présentait sur son site Internet comme un « institut thérapeutique, éducatif et pédagogique » pour handicapés soit passé sous tous les radars officiels, ceux de la municipalité comme ceux des autorités sanitaires, sans avoir bénéficié au mieux de négligence, au pire de complicité ?